Bienvenue sur notre site web

Bienvenue sur notre site web - Desarmenien

Selon José DESARMENIEN 
né en 1939


SOURCES : Histoire, transmission orale, lecture d'un livre prêté
par la librairie Hachette à Istanbul en 1972.


Le récit est en vieux français dans ce livre qui avait plus de 300 ans.



Gui de Luzignan, Seigneur féodal du Poitou, inconstant et jouisseur, tue en duel un autre Seigneur.

Afin d’éviter la peine de mort, il endosse la chasuble des croisés, reçoit des félicitations et par en croisade en 1187. 

Pour rejoindre la Méditerranée, il traverse l'Auvergne (Les Combrailles, Montivernoux) et embauche des hommes comme soldats "Croisé".

Il rejoint Chypre ou il épouse la reine après la reconquête de Jérusalem par Richard Cœur de Lyon.

En 1192, après 5 ans fin de la croisade (la 3ème), Gui de Lusignan reste sur l'île (ou sa descendance régnera jusqu'en 1489, chassés par les Vénitiens).

Les Soldats (avec leurs femmes épousées sur place, et leurs enfants) sont renvoyés en France conduit part un abbé.

Ce dernier les reconduit à leur pays d'origine: L'AUVERGNE.

En effet ils auraient pu s'arrêter dans la vallée du Rhône où il y avait des culture de vigne, arbres fruitiers ; mais ils sont retournés dans leurs forêts pour exploiter le bois, un peu d'élevages et un peu de culture.

Ils ont même construit un moulin dans la région de Montivernoux. 

Aujourd’hui encore le lieu dit s’appelle « le moulin des Armeniens »

La population restée sur place disait en voyant ces gens : 

"Ce sont Des Arméniens".

En 2000, les Desarmenien en France ont très souvent des ancêtres maçons ou bûcherons en Auvergne, sont généralement grands et bruns.

José DESARMENIEN







UN PEU D'HISTOIRE EN AVANT GOUT

par Jean-Christophe DESARMENIEN fils de José


D’autre théories sont en cours d’élaboration suite a des recherches historiques et généalogiques réalisées à Limassol à Chypres sur Jacques 2 de Lusignan dit le « batard » et sa descendance..ayant lui même reconnu ses enfants illegitimes surement à moitiés Arméniens..et l'histoire du nom Desarmenien (sous toutes ses formes d'écriture) nous ramène à Chypres.

1460-1473 
Règne de Jacques II dit Jacques "le batard", fils naturel de Jean II qui revendique le trône et se rend en Égypte pour y chercher le soutien du sultan mamelouk.

Il s’empare en 1460 de Larnaca et reçoit l’appui de la population grecque. Charlotte
(sa demi soeur) doit se réfugier à Cyrénie. Jacques II se fait couronner à Nicosie comme « roi de Chypre, de Jérusalem et d’Arménie » et reprend Famagouste aux Génois.

Exilée à Rome, Charlotte, qui n’a pas d’enfants, transmet ses droits à la maison de Savoie dont est issu son mari. Jacques II réagit en cherchant l’appui de Venise et en sollicitant la main de Catherine Cornaro en même temps que l’alliance de la République des doges.

Le mariage est célébré par procuration à la cathédrale Saint-Marc et Catherine part pour Famagouste. En quelques années, les Vénitiens imposent leur autorité dans l’île sous la direction de l’amiral Pierre Mocenigo et d’André Cornaro, l’oncle de Catherine.

Ce dernier est même soupçonné d’avoir empoisonné Jacques II, mort en 1473. Catherine donne naissance ensuite à un fils posthume, Jacques III qui ne vivra qu’un an.

1467 :
Accord avec le pape vénitien Paul II garantissant l’autonomie que l’Église de Chypre avait acquise vis-à-vis de la papauté depuis l’époque du Grand Schisme d’Occident.

1468 :
Reprise de Famagouste aux Génois.

1473-1474 :
Règne de Jacques III. Après la mort de cet enfant, les adversaires des Vénitiens offrent le trône à Alphonse, fils naturel du roi Ferdinand de Naples et assassinent André Cornaro ainsi qu’un autre oncle de Catherine qui demeure reine de l’île jusqu’à sa cession à Venise.


1474-1489 :
Règne de Catherine Cornaro. Elle ne dispose que d’une liberté d’action limitée et, dès 1487, le drapeau de la République de Saint-Marc est hissé à
Nicosie

1489 :
Cession de Chypre à la République de Venise après l’abdication de Catherine, obtenue lors d’un voyage à Venise.

Les Vénitiens ont pris soin auparavant de déporter et de confiner à Padoue les fils et la fille illégitimes de Jacques II, qui avaient pourtant été reconnus par leur père et déclarés aptes à la succession. Les nouveaux maîtres de l’île continuent à payer un tribut aux Mamelouks d’Égypte.

Trois « recteurs » nommés par Venise gouvernent désormais Chypre.

Durant quelques années, au XIVe siècle, une branche des Lusignans de Chypre occupa le trône de la Petite Arménie après qu'une des descendantes de Guy de Lusignan, Zabel de Lusignan, ait épousé à la fin du XIIIe siècle un roi de la Petite-Arménie.

Les Arméniens, chassés de leur pays natal par les invasions turques , s'étaient au XIe siècle, étendus dans la plaine de Cilicie, et un chef du nom de Roupen y avait fondé un royaume indépendant, dit de la Petite Arménie.

En 1342 :
 La dynastie roupénienne est remplacée par les Lusignans, en la personne de Jean, dit Constantin III, fils d'Ysabelle, fille elle-même du roi Léon III, et épouse d'Amaury de Lusignan, frère de Henri II, roi de Chypre. Il est tué la même année; il a pour successeur son frère Jean, tué également deux ans plus tard.

De 1344 à 1362 :
règne Constantin IV, fils du maréchal du royaume, Baudouin, qui descendait, croit-on, de Léon III. - Léon VI, fils probablement de Constantin IV, règne jusqu'en 1374; à cette date, il est battu et fait prisonnier par les Mamelouks d'Égypte, et incarcéré au Caire.

Délivré en 1382, il se retire l'abord en Espagne, où il devient seigneur de Madrid, puis en France, où Charles VI le pensionne, et où il meurt au couvent des Célestins de Paris, en 1393.

Sa femme lui survivra jusqu'en 1405. - Le titre de roi d'Arménie fut également porté par les rois de Chypre depuis 1368 jusqu'à Catarina Cornaro.

 


 

A SUIVRE..

 

LIGNEE

Hugues IV, fils de Guy, lequel était le cinquième fils de Hugues III (1324-59).

Pierre Ier, fils du précédent (1359), assassiné le 17 janvier 1369.

Pierre II, fils du précédent (1369-1382), meurt sans enfants.

Jacques Ier, fils de Hugues IV (1382-1398).

Jannus de Lusignan, fils du précédent (1398-1432).

Jean II de Lusignan (1432-1458).  Charlotte de Lusignan, sa fille, reine de 1458 à 1461, épouse en secondes noces Louis de Savoie, comte de Genevois, cède ses droits en 1485 à Charles Ier duc de Savoie.

Jacques II le Bâtard, fils naturel de Jean II, expulse Charlotte en 1460, épouse Catarina Cornaro, patricienne de Venise (morte en 1473). Sa veuve gouverne le pays, puis retourne à Venise et y meurt en 1541. Les enfants naturels de Jacques II sont incarcérés par ordre de la République, dans le chateau de Padoue avec leurs cours.


Leur descendance disparaît bizarement des registres au XVIe siècle, alors qu'une trace existe de lettres ecrites aux doges de Venise demandant l'arret des tentative d'assassinat dont il était victime et qu'aucunement il ne pretendait a quelconque titre..

Nous mettrons bientôt en ligne ces documents et extraits de lettre issus d'un livre (dont il ne reste que quelques exemplaires dans le monde)  trouvé à Chypres et écrit sous Napoléon.

A Suivre


  • 11/12/2016
  • Nº pages visitées
  • Ajouter aux préférés
  • Envoyer à un ami